Boring Matt

Publié le par Matt Gash

Voici un gros (énorme) article... je l'ai écrit durant mon temps libre, en deux fois, mais avec une semaine d'intervalle. J'en dis pas plus. Seulement que je rajoute aujourd'hui quelques notes sans grande importance, elles seront en italique.


J'ai décidé d'arrêter mes écrits. Par là, je veux dire que je stoppe l'écriture de ma nouvelle. Ce n'est pas simplement une question de désinspiration.
En effet, je suis en train de lire 'Neiges artificielles' de Florian Zeller (et oui, encoure lui!). C'étiat donc hier, ou avant-hier !!!(lire il y a 3 semaines...)!!! (peu importe, je rédige mes articles parfois longtemps avant de les poster).
Dans ce bouquin, Florian Zller fait parfois un parallèle avec les pensées que je peux avoir, en l'occurence, cela concerne un avenir hypothétique ou plus comunément, un futur inventé. Mon texte est donc écrit entièrement au conditionnel. Cet effet de style n'est pas tellement compliqué, mais manque énormément de poésie (comme le mot 'énorme'...). Zeller a beau avoir tenté le coup, c'est bien ça qui me fait ressentir l'envie de bazarder mon manuscrit et de supprimer mon document informatisé. Vous avez le droit de trouver ça nul et bien dommage, mais dans je ne sais plus quel bouquin, l'auteur ironise sur les personnes prenant la plume pour la première fois. Non, ce texte ne sera pas. Ma décision peut paraitre frustrée mais je ne me démonte pas. La poésie n'est pas dans ce texte. Peut-être réussirais-je ailleurs. Il ne me reste plus qu'à imaginer et laisser ma plume glisser sur le papier.

En plus de tout ça, j'ai fait la bêtise d'écrire au crayon de papier sur des feuillets de 90g à petits carreaux. Non mais vraiment n'importe quoi! !!! je reconfirme ce que j'ai écrit! !!!
Et puis ce n'est pas dit que je reprenne la plume. En tout cas, pas avec ce même matériel, ni avec les mêmes pensées. Le texte que j'avais écrit était d'une tristesse noir à tuer des anges! D'ailleurs sa portée n'aurait pas seulement tuer des anges, mais elle m'aurait vidé! Oui, vidé! Vidé des pensées obscures que je portais sur mon entourage. Je parle de l'entourage élargis, cela ne concerne pas seulement ma famille (pas vraiment! en fait, pas du tout!). J'ai pris garde de ne nommer personne, et même de créer des personnages fictifs. Mais le pouvoir de désignation est plus fort que la simple nomination.
Il serait à présent préférable pour moi que j'arrête ici la description de mon oeuvre désoeuvrée... j'ai bienpeur de trop vite détailler et de sortir du but précis de ce message-ci, qui est, bien entendu, de laisser ce tas de feuille au passé, et de repartir d'un nouveau pied.

Qu'elle drole d'expression: Partir d'un nouveau pied...! J'ai envie de rire à l'instant car je sens dans mon pied gauche un fourmillement incessant depuis le début de cet écrit. !!! véridique!!! Imaginez ce que vous voulez, je prends cette coïncidence comme un signe. Il est temps pour moi de tourner cette page.

----------------------------------------------------------------------------------------

Je me suis surpris à réécrire des phrases au conditionnel. Il n'y a rien de malsain à cela. Seulement,..., il faut que j'évite, sinon, ce nouveau chemin, cette nouvelle perspective de vie n'aura pas de reélle signification.

My infinite struggle is strating

Et bien oui, c'est d'un combat intérieur sans fin qu'il va s'agir à présent. Ais-je la force suffisante pour être à la hauteur de mon côté osbcur? Si l'envie de vaincre est là, cela devrait-être possible. Non sans peine, évidemment. Le manque de motif bien déterminé risque de peser négativement sur ma balance interne. Je dois retrouver un équilibre entre ma signification du bien et celle du mal.
Mais ce dilemne infini est connu de tous. Nos définitions de ces deux éléments sont en constant changement.
Je me lance, et j'ose.
Je ne dis pas que je n'ai rien à perdre. La peu d'amis que j'ai sont les meilleurs que l'on puisse avoir. Le problème est que l'éloignement de l'un et les études de l'autre les rendent, pour moi, intouchable. Voilà ce que j'ai à perdre, deux amis plus que fidèle. Mon capital humain n'est pas vraiment garni.
Les fruits de mon panier ne sont pas abondants, mais leur qualité est plus que supérieure.

!!!ellipse temporelle d'une semaine!!!

A quoi bon vouloir arrêter ce que j'écrivais pour me mettre à écrire autant mais sur autre chose?
Plutôt innattendu à vrai dire!
Durant nos longues conversations épistolaires, j'ai eu l'occasion avec mon ami l'éxilé (temporairement), Paco, d'aborder le sujet de la créativité. Je lui ai dit qu'il puisait la quasi-totalité de mon capital créatif. Je lui ai donner comme conséquence flagrante le devenir de ce journal. En effet les quelques derniers articles commencent à dater, !!! plus maintenant... !!! et les meilleurs remontent à loin. J'ai lancé cela en toute modestie, mon but n'était qu'humoristique et distractif. Mais mon cerveau s'est mis en mode ON +++ (exagération pour exprimer l'activité déjà présente dans mon cerveau, qui a simplement réfléchis encore plus que la normale). La suractivité de mon cerveau n'est pas négative (d'où les +), elle est juste inattendue (cf la phrase du début). Le courrier électronique que j'envoie à Paco a suscité en moi une suractivité, mais seulement récemment !!! ça remonte donc à loin!!! . Depuis que j'ai voulu reprendre cette fameuse nouvelle inachevée et inachevable. !!!il est intéressant de noter que sur mon manuscrit, j'écris cette dernière phrase sur la dernière ligne de ma feuille! !!!
Donc depuis le début de cet article à rallonge !!!toujours antidaté!!! mon cerveau est en suractivité car je parle tellement de choses partout que je commence à ne plus trop savoir de quoi parler (mmh! belle phrase!)

Mes résolutions 2007? Je n'en ai pas faites, à quoi bon? On ne les tient jamais! Je veux toujours autant sauver le monde depuis ma petite existence d'étudiant qui habite chez ses parents. Cette volonté ne se transformera jamais en résolution car je risquerais de perdre (non, je perdrais!) ce rattachement à la vie, ce qui fait que je continue ma lutte infinie.

Cette année 2007 n'est encore rien de bien passionant... Il y a eu ce petit soucis d'ouragan à La Réunion, et cet énorme tempête médiatique sur la campagne.
La fin de cette phrase prête à confusion, c'est pour ça que je la laisse ainsi. Oui en ce moment c'est la campagne à la campagne mais celle-ci se déroule en ville. Ce n'est pas insensé ce que j'écris là et beaucoup de mone a compris où je voulais en venir: la campagne présidentielle au salon de l'agriculture porte de Versailles.
Je n'ai pas souvent l'occasion de créer de telles phrases dans mes écrits, ce n'en est d'ailleurs pas le but. Ces candidats vont aller s'affronter sur le rin de ce salon. Au final, ce salon n'a plus rien de son but qui est de promouvoir notre terroir français. Vous me direz que si, que vous avez vu à TF1, F2, ou F3, qu'ils parlent beaucoup des animaux... !!!changement de page dans le manuscrit...!!!
Quels animaux? Ceux dans les enclos ou ceux qui se promènent autour, entourés de leur troupe de journalistes?
Regardez bien, on parle des animaux, les vrais, et des produits présents au salon, puis on enchaine directement sur 'qui était présent au salon aujourd'hui?'. Je vous avoue que tout cela me fatigue. Ce manège médiatique a lieu tous les ans même hors-campagne (présidentielle). Cette année, je ne regarde pas la télé (en ce moment) car je risquerai de ne plus avoir de télé... (après m'être bien énervé, j'aurais débranché les fils et balancé le tout par la fenêtre!)!
Il y a aussi cette tragédie Airbus-ienne! Chaque candidat refait le plan d'organisation de cette grosse entreprise, et le médis osent nous dire que les candidats font très attention à ne pas se prononcer à ce sujet.

Tout cela m'énerve rien que d'y penser!

Fin de l'article

Le dernier paragraphe n'a, semble-t-il, pas sa place ici... mais ça m'a fait penser à autre chose qu'à mon existence qui ennuie tout le monde.
Voilà Paco cet article dont je t'avais parlé et que tu attendais! J'en ai encore d'autre que j'ai prévu d'écrire et dont j'ai déjà le sujet... en attente donc!

Bonne journée à tous, bon vent aux windsurfeurs et à tous les voileux de la planète, bonne route à ceux qui prennent la route, je souhaite le mieux pour tous et partout dans le monde.

Publié dans Osef

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paco Maurer 16/03/2007 22:42

Euh désolé j'ai fait un contresens sur le 2eme ami  (sans "e" c'est sur)! I apologie, thats what they say here!!!

Matt Gash 18/03/2007 22:21

apology accepted!that's what they say there!

Paco Maurer 12/03/2007 23:38

C\\\'est pas pour dire mais j\\\'ai eu du mal a comprendre même si je l\\\'ai lu lentement a croire que ma pauvre pratique du francais ces derniers mois m\\\'a fait rouiller le cerveau. Je relis une deuxième fois...
Honétement l\\\'évoquation de l\\\'autre "ami(e)" reste et je ne suis pas d\\\'accord! Je n\\\'appelle pas une absence de relation une amitié! On va me dire que j\\\'ai des griefs contre cette personne! Pourquoi? Ne serais-je pas objectif? hmm...C\\\'est juste que j\\\'ai l\\\'impression que cet(te) "ami(e)" en aura abandonné plus d\\\'un de facon différente c\\\'est sur mais tout de même, ca peut faire mal, ca met du temps a cicatriser. Je vais m\\\'arréter la, sinon je ne m\\\'arrèterais jamais, jamais je n\\\'aurais fini de vider ce sac de haine. Je vais le dire je sais que c\\\'est méchant je sais que je devrais pas etc... Oui et bah voila je ne comprend pas comment tu peux m\\\'appeler ton meilleur ami, lorsque en sachant ce que l\\\'autre "ami(e)" m\\\'a fait, tu le/la considère toujours ton/ta meilleur(e) ami(e). Voila je sais je dis et j\\\'ai derrière la tête l\\\'idée que tu choisisses, je sais c\\\'est méchant. Mais ca me rend taré!!
Et comme d\\\'habitude je lis quelquechose et je retourne toujours le sujet sur moi! Je suis désolé pour ce commentaire inutile m\\\'ai de vider mon sac j\\\'en avais une fois de plus besoin. J\\\'atten tout de même les nouveau articles avec impatience.

Matt Gash 13/03/2007 16:28

malentendu mon ami! LE deuxième n'est pas une fille! c'est Etienne (oui j'aurais du le nommer! t'as raison!)