Aller faut que j'en parle...

Publié le par Matt Gash

Aller faut que j'en parle...

Hein quoi? vous croyiez que je voulais parler des élections?! A ba non!

Non non non, laissons la politique de côté. La construction de la vie de chaque français a beau reposé quelque peu sur les lois proposées par le gouvernement, elle est surtout constitué par l'individu seul. Il réfléchit, et choisit!

Mis au fait: j'ai eu un petit moment de doute ces derniers temps quand à mon choix d'études. Je suis actuellement en 1ere année de licence de Science du langage à l'université de Nancy. Ensuite, je ferai un Master de Didactique, Français-Langue-Etrangère pour avoir les qualifications requises pour devenir professeur de français-langue-étrangère. Ce qui veut simplement dire que je pourrais enseigner le français à des étrangers (non-français).
J'ai donc eu un moment de grosse incertitude quand à l'issue des mes études. Y a t il une sécurité de l'emploi? ou au moins une sûrté? Et puis j'ai eu soudainement envie de commencer ma vie, de finir les études dans 2 ans avec un BTS ou un DUT, d'avoir un job, et de m'installer.
Finalement, j'ai réfléchi. C'aurait été vraiment stupide de laisser tomber des études qui me plaisent vraiment, et qui aboutissent sur des possiblités super intéressantes de travail (même si je ne suis pas totalement sûr de trouver un job... comme partout d'ailleurs!)

Trouver sa voie, c'est pas facile. J'en suis la preuve vivante, je n'ai jamais su ce que je voulais faire de ma vie. Durant tout mon lycée j'ai changé d'orientation. J'ai commencé une seconde MPI pour finir l'année en SES. J'ai commencer une 1ere ES Spé éco, pour finir en spé Math! En term, c'était la folklore! J'ai d'abord voulu être orthophoniste (donc inscription aux concours), puis journaliste (inscription aux concours Sciences Po), et puis finalement j'avais décidé de passer un an à la fac pour chercher ma voie. J'ai fait le tour de la France pour passer les concours sans vraiment les préparer... (dépenses inutiles), j'ai échouer partout. Entre temps, j'ai eu mon bac (de justesse, mais je l'ai eu!). Je suis donc rentré à la fac de lettres et sciences humaines pour faire des SDL. Sans vraiment savoir pourquoi, sans vraiment savoir où j'allais...
Au début de l'année, j'avais effectué quelques recherches dans les BTS et DUT, pour prévoir l'année suivante si jamais je ne me plaisais pas. Finalement, j'avais retenu 2-3 filières, mais sans vraiment songer faire cela. L'année a avancé, et j'ai commencé à vraiment me plaire dans ce que je faisais. J'ai même commencer à me construire un projet de poursuite d'études et un projet de travail! J'étais au top du top dans mon moral d'étudiant. Et puis, les partiels approchants, j'ai tout remis en question... Ce besoin humain de remise en question qui peut risquer de détruire des vies, celui dont on a aussi besoin pour être sûr de ce qu'on fait, celui qui au final, nous empêche de jouer sans arrêt à pile ou face. La remise en question est toujours bénéfique, c'est une réfléxion intense, passée seule, ou parfois partagée. Je l'ai partagé. Déjà avec Paco, qui, étant loin et ne connaissant pas tellement ce que je fais, a essayer de comprendre, et m'a conforté dans cette idée que tout est possible, même le changement de voie dans les études. Puis j'ai quand même décidé de mettre mes parents au courrant (même si je voulais garder ça pour moi!mais comme je vis sous leur toit...et qu'ils me payent mes études...). Eux savaient exactement ce que je ressents vis à vis de mes études. Ils savaient que j'adore ça! Ils ont eu la même réaction que Paco, celle de dire que l'on peut changer de voie d'études. Qu'on peut se tromper quoi! Je suis totalement d'accord avec eux. Et cette possiblité, il faut d'ailleurs toujours l'avoir dans un coin de la tête pour se recycler si jamais on ne se plait pas là où on est!
Finalement, j'ai décidé de continuer! Mais oui, j'adore ce que je fais, et la finalité de ces études me convient parfaitement! C'est mon challenge!

Pourquoi cet article qui ne sert à rien?!
Simplement pour tous ceux qui se posent des questions, et ceux qui n'osent pas! Pour ceux qui n'osent pas: il ne faut pas rester coincer dans une spirale infernale! Pour se sortir de ce foutoire que peut devenir la vie quand on se plante, il faut se poser ces questions qu'on n'ose même pas s'imaginer.
Pour ceux qui s'en posent: c'est bien, mais il ne faut pas rester seul face à ces différents dilemnes qui s'opposent en nous! Il faut maintenant oser parler, s'ouvrir aux autres pour résoudre ses problèmes!

J'ai la chance d'avoir eu la force psychologique pour m'auto-confronter, car au final, l'aide que j'ai demandé était contraire à mes attentes inconscientes. Car je suis maintenant sûr de cette chose: j'ai inconsciemment posé cette question pour me réconforter dans l'idée que je faisais vraiment ce qu'il me plait!
L'auto-confrontation, c'est une confrontation entre l'individu conscient, et l'individu inconscient, ils sont tous les deux en nous. Malheureusement, l'inconscient n'a pas toujours raison.


Je vous offre maintenant un aperçu de ce que mes professeurs de l'université font en dehors des cours, d'ailleurs si on cherche dans l'annuaire, tous mes profs y sont! si c'est pas la classe! ;-)

http://www.atilf.fr/
C'est le trésor informatisé de la langue française, ils ont informatisé tout le lexique (dictionnaire) du Trésor dont voici le lien

http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/showp.exe?67;s=4127829075;p=combi.htm

et enfin, voici plus spécifiquement le site du centre de recherches de l'université de Nancy

http://www.cnrtl.fr/

J'essaye pas de vous donner envie de faire les mêmes études, c'est juste que c'est la-dedans que je suis, et que j'y suis pour un moment, et qu'il pourrait être possible que j'ajoute mon nom à la liste des profs des la fac... enfin je préfèrerais quand meme trouver un poste de prof de français langue étrangère!

Publié dans Osef

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article